Myrthe

Myrthe

Myrthe voyait déjà son nom en haut de l’affiche en lettres étincelantes. M pour Merveilleuse, Y pour ses Yeux perçants, R pour Radieuse, T pour Tenace, H pour Hardie, E pour Époustouflante. Rien que ça. Tout avait été réfléchi de longues heures sous ses draps, alors qu’elle admirait les astres nocturnes et que son nom se reflétait à leurs côtés, encore plus éclatant, encore plus brillant. Son futur succès ne pouvait plus souffrir aucune attente, aucun obstacle, aucune contrainte. Elle était faite pour le strass et les paillettes. Rien n’était plus sûr.

Un soir de plus, la sirène rentrait bredouille. Son groupe de musique, les Divaria, avait encore une fois fait l’objet de railleries et moqueries.
Les habitants de Lassal n’étaient qu’une brochette de pauvres idiots, bêtes à manger du foin. Ils ne comprenaient pas son génie, n’appréciaient pas ses chansons à leur juste valeur, ricanant comme des animaux de foire. Pourtant, tout était parfait. Myrthe en était persuadée, ses concitoyens n’étaient que de rustres personnages condamnés à errer éternellement dans les profondeurs d’Aquapolis, tandis qu’elle se hisserait en surface et établirait sa supériorité musicale. Et sous peu, tout Exstorya serait à ses pieds. On s’arracherait ses partitions, on hurlerait son nom à tout rompre, on la mettrait sur le piédestal qu’elle avait toujours mérité. Rien n’était plus sûr.

Myrthe ravalait ses larmes, la rage au ventre. Tant d’espoirs anéantis, tant de rêves qui se brisaient contre l’ignorance de ses congénères. Encore un sifflement répugnant et des propos injurieux balancés à la volée sur son passage. Elle les haïssait. Et la teinte de noirceur que prenait peu à peu son âme qui s’effilochait ne laissa pas le Necrorium indifférent.

Rhakkache avait eu le temps d’observer les yeux de cette naïve petite sirène perdre leur éclat, et leurs étoiles se faner. Il mandata derechef son émissaire, Camélya, afin qu’elle se rende à son chevet alors qu’elle était en proie aux pensées les plus sombres.

Camélya avait une mission : corrompre Myrthe afin qu’elle se joigne à elle et devienne son
infiltrée au sein d’Aquapolis. La puissance du Necrorium pouvait tout lui conférer : gloire, richesse, reconnaissance. Tout ce dont elle avait toujours profondément rêvé. Elle pourrait ainsi accéder à ce qu’elle méritait, et ce qui lui avait été refusé. Elle sortirait de Lassal, rejoindrait la surface d’Aquapolis et brillerait de mille feux. Et elle pourrait même prétendre au titre de Méliandre, cette fillette arriviste qu’elle exécrait au plus haut point. Seule Myrthe pouvait représenter avec éclat son Royaume, car elle seule était faite pour cette vie. Pas cette petite pimbêche fade dénuée de tout talent. Oui, elle en était certaine, cette alliance avec le Necrorium lui donnerait accès à tout ce qui lui avait été destiné depuis son enfance.

Convaincue par le discours de Camélya et les perspectives qu’elle pouvait à nouveau envisager, Myrthe se saisit sans trembler du fragment de noyau aqueux tendu par son interlocutrice. Enfin, après tant de temps, après tant d’espoirs déçus, enfin, elle accédait à son rêve. La contrepartie ne lui effleurait même pas l’esprit.

Camélya avait cependant omis de lui mentionner un détail lourd de sens. Loin de provenir du noyau aqueux originel, cet ersatz avait été forgé par les mains des artisans les plus maléfiques du royaume de Rhakkache. Si sa voix et son aura s’en trouvaient grandement modifiées, Myrthe ne se rendit pas tout de suite compte de ce qui se mettait en place au fur et à mesure que les concerts des Divaria prenaient de l’ampleur, et que leur nom était scandé par des foules transies de passion. Peu lui importait, elle vivait son rêve éveillé, et plus rien au monde ne pouvait l’arrêter. Elle était ultime. Nul n’avait plus d’influence qu’elle. On se battait pour la toucher, on prenait des risques insensés pour la voir d’un peu plus près, pour admirer cette idole au succès aussi fulgurant qu’envoutant. Car oui, Myrthe envoutait. Ce noyau factice  qu’elle avait saisi avec autant d’assurance et de certitudes avait pour objectif final de prendre le contrôle des esprits les plus faibles d’Aquapolis : les enfants. Ainsi furent-ils, à l’écoute de la voix de Myrthe, destitués de toute volonté, et leur esprit transféré à la solde du Necrorium.

C’est ainsi que pendant 5 longues années, Myrthe écuma les moindres recoins d’Aquapolis, faisant siennes toutes les foules, et faisant se soumettre envers le Royaume des ténèbres les plus jeunes d’entre eux. Rhakkache asseyait petit à petit sa domination sur Exstorya. Et son armée de pantins grandissait à vue d’œil.

Oui, Rhakkache se préparait à la guerre, et il vaincrait. Rien n’était plus sûr.

No Comments

Post A Comment